vendredi 2 février 2018

La culotte de grande fille


Un nouveau petit tour par chez Veronica, histoire de vous faire patienter un peu en mettant en évidence une expression idiomatique : "mettre sa culotte de grande fille", autrement dit pour ces dames, se comporter en personne sensée, raisonnable. Or justement, Veronica, charmante par ailleurs, a beaucoup de mal à se comporter ainsi dans certaines situations où la frustration entre en compte. Elle se comporte alors en petite fille gâtée, colérique, capricieuse même, et le résultat ne se fait pas attendre.
C'est ainsi qu'elle a publié ce jeudi 1er février sur son blog (http://oldfashiongirlspanking), que vous connaissez maintenant fort bien si vous lisez le mien, le récit de l'une de ses capricieuses colères qu'un seul remède peut permettre de guérir. Devinez lequel...

 

Mets ta culotte de grande fille et fais avec !
"S'il te plaît, ne me fesse pas
 Je vais apprendre comment mieux faire face à la situation qui se présente à moi"
Mettant ma culotte de grande fille
 Avez-vous déjà eu ce jour où juste tout dégringole au pied de la colline et vous ne pouvez pas faire face?  

Eh bien aujourd'hui est vraiment ce jour pour votre pomme. Dès que je me suis réveillée Tony m'a annoncé de très mauvaises nouvelles. Notre croisière à Aruba est annulée en raison du mauvais temps. Pour empirer les choses, nous ne pouvons pas reporter, car nous ne serons pas en mesure d'obtenir du temps de congé au travail pendant un certain temps. Maintenant je sais que la merde arrive mais je suis folle... tellement folle que j'ai commencé à crier et à piquer une fichue crise de colère! Tony m'a dit de me détendre et qu'il se rachèterait mais "merde quoi" je suis toujours en rogne contre le monde entier. Tu aurais me voir debout dans ma culotte et t-shirt sautant comme un cabri en brandissant mon poing en l'air... LOL.  

J'allais appeler l'agent de voyages et lui dire ses quatre vérités mais Tony m'arrêta et il dit la seule chose que je ne voulais pas entendre. "Veronica, détends-toi et mets ta culotte de grande fille." Ce connard condescendant, comment ose-t-il me dire ça dans un moment de crise? Je lui ai fait un doigt avec un sourire malicieux sur le visage. "Maintenant, tu vas l'avoir" s’est-il écrié! "Puisque tu ne peux pas mettre ta culotte de grande fille et gérer la situation, je vais devoir la baisser."

 

 

 

 

 

 

 

Sur ses genoux, je me suis pris ce qui fut l'une des fessées à la main les plus dures que j'ai eues depuis très longtemps. Il a rossé mon derrière pendant 20 ou 30 minutes et a fini par enlever mon flip flop et m'a rossée un peu plus pour faire bonne mesure. 


 
Après cette fessée, j'ai senti toutes mes inquiétudes s’évaporer. Je me sentais tellement soulagée et en contrôle que c'était exactement ce dont j'avais besoin. Une fois relevée de ses genoux, je l'ai embrassé et je l'ai remercié et j’ai mis ma culotte pour conquérir le monde. :)


Et vous mesdames, connaissez-vous les mêmes émois capricieux que Veronica, la fessée vous soulage-t-elle de la même manière et pensez-vous la même chose que ce qu'elle proclame sur cette photo ci-dessous ? 
Quelquefois tout ce dont une fille a besoin, c'est une bonne fessée
Maintenant je peux mettre ma culotte de grande fille et continuer ma journée...
À votre avis ?

1 commentaire: