mardi 8 août 2017

Jeux sexuels : la fessée fait de plus en plus d'adeptes


Jeux sexuels : la fessée fait de plus en plus d'adeptes (article paru dans Le Progrès, 03 janvier 2013)

OK, cela date déjà de quatre ans mais avec le recul on peut se poser quelques questions sur cette vague qui a accompagné le succès de « Cinquante nuances de Grey ». Ce livre a-t-il vraiment changé la façon de voir certaines pratiques, dont la fessée ? Vous a-t-il touché personnellement ? Mesdames, avez-vous depuis basculé des vanilles soit vers les « intéressées » n'ayant pas encore pu ou voulu sauter le pas, soit carrément vers les pratiquantes que l'on espère enthousiastes et assidues ? 

En 2013 entre le quart et le tiers des femmes avouait souhaiter recevoir une fessée, et quatre sur dix être disposée à en recevoir ou à en donner une.
Quatre sur dix, nous ne sommes plus dans une pratique marginale… Et surtout les langues se délient, les essais concrets se répandent : le nombre de femmes ayant avoué avoir reçu une fessée de son partenaire a triplé depuis 1985 ! Augmentation de la pratique ou aveu plus sincère ?
Qu'en est-il en 2017 ? Dans quelle catégorie vous rangez-vous ?
La fessée entre adultes consentants doit-elle sortir de l'ombre et de la clandestinité où l'ont plongé la pensée unique et le politiquement correct ? Doit elle (enfin!) être reconnue à la fois comme un adjuvant sain à la sexualité, quand elle y est intégrée, et comme une pratique bénéfique quand elle est pratiquée hors sexualité active soit contre le stress, soit pour le plaisir de la découverte de sensations nouvelles, soit comme action soulageante, voire thérapeutique
sur le plan psychique ?

On peut aussi noter au passage que dans cette enquête la proportion de femmes disposées à pratiquer la fessée, sans forcément que ce soit un souhait au départ, est à peu près la même que celle des femmes avouant avoir utilisé un sex toy… 
 
Je vous laisse lire cet article que vous n'aviez peut-être pas remarqué à sa sortie, sachant que si vous voulez aller plus loin, j'ai laissé le lien qui permet d'avoir accès à l'ensemble des données.
Bonne lecture !

http://www.leprogres.fr/france-monde/2013/01/03/jeux-sexuels-la-fessee-fait-de-plus-en-plus-d-adeptes

Le 03/01/2013 à 16:19

Jeux sexuels : la fessée fait de plus en plus d'adeptes

L'engouement du lectorat féminin pour un roman comme « Cinquante nuances de Grey » a poussé l'Ifop, l'Institut français d'opinion publique, à mener une enquête autour des pratiques sexuelles des femmes. Si la fessée fait de plus en plus d'adeptes, l'usage des sex toys s'est largement banalisé dans la gent féminine.

Dans son enquête* intitulée 
"Les Françaises et le « mommy porn » : entre fantasmes et réalité" publiée à l’occasion de la publication du second tome de « Cinquante nuances de Grey », l'Ifop révèle que les jeux sexuels de domination et de soumission constituent des formes minoritaires de la sexualité féminine mais certaines pratiques « soft » comme la fessée font de plus en plus d’adeptes.

Une femme sur quatre a déjà reçu la fessée
Aujourd'hui, une femme sur quatre déclare avoir déjà reçu une fessée de son partenaire (24%) contre 8% en 1985, soit trois fois plus.






On remarque également qu’une proportion non négligeable de femmes admet avoir déjà fait l’amour en étant dominée (35%), en ayant les yeux bandés (16%) ou en étant ligotée ou menottée (15%).

En revanche, la pratique de jeux érotiques de domination ou de soumission plus « hard » comme le bondage et le SM reste toujours marginale (5% aujourd'hui, 3% en 1985) malgré une nette augmentation.


Un réel potentiel fantasmatique
Mais au-delà de la réalité des pratiques, ces jeux sexuels sortant de l’ordinaire semblent avoir un réel potentiel fantasmatique pour la gent féminine. En effet, près d’une femme sur deux aimerait faire l’amour en étant dominée (44%) ou en en ayant les yeux bandés (40%) et
plus d’une sur quatre souhaiterait recevoir une fessée (28%) ou faire l’amour en étant ligotée (28%).

 (Traduction : Et bien, je ne vais pas demander une fessée...  ...je vais juste mal me conduire jusqu'à ce que j'en reçoive une...)

(Traduction : Je pense que tu devrais me remettre en travers de tes genoux. Après cette fessée, je me sens encore plus coquine) 

A noter que le goût des femmes est aussi fort pour les jeux où elles sont dominées que pour ceux où elles sont dominantes : deux sur trois sont disposées à faire l’amour les yeux bandés (65%) ou en bandant les yeux de leur partenaire (65%), six sur dix à s’ébattre en étant dominée (59%) ou en dominant leur partenaire (62%), quatre sur dix à recevoir (39%) ou à donner (39%) une fessée

(Traduction : Il s'écroula en travers de ses genoux, à bout de forces, honteux, intimidé... Et ravi !)

La banalisation des sex toys
Depuis une demi-douzaine d’années, l’usage des sex toys s’est largement banalisé dans la gent féminine. Aujourd'hui, plus d’une femme sur trois (38%) admettent en avoir déjà utilisé, contre à peine 14% en 2009.


De manière générale, les Françaises se montrent assez ouvertes aux différentes expériences susceptibles de mettre un peu de piment dans leur vie de couple.




* Échantillon de 1 008 femmes, représentatif de la population féminine française âgée de 18 ans
et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération.

dimanche 5 février 2017

Oh que tu es vilaine! Un guide pour les débutantes en fessée


Premier article de ce blog sorti de la traduction d'un article anglo-saxon, en l’occurrence le webzine YourTango qui se définit comme le magazine en ligne leader consacré à l'amour et les relations, avec pour but avoué d'aider les femmes à mieux aimer et à se connecter plus significativement, pour qu'elles se sentent plus heureuses et aient un plus grand sentiment d'appartenance. Grâce à une ligne éditoriale qui se veut émotionnellement intelligente, inscrite dans le réel, et à qui on peut s'identifier, YourTango ambitionne de se concentrer sur ce qui se passe dans les cœurs et les esprits de ses lecteurs. 

Mouais... Chacun se fera son opinion. En attendant, ce webzine aborde franchement des sujets (trop) peu traités dans nos contrées, et en particulier la fessée qui nous est si chère. OK, cela arrive, la preuve ci-dessous, mais si rarement de façon réellement sérieuse, la plupart des articles baignant dans le superficiel.

 

 
Bien entendu, en traduisant j'ai été contraint de laisser les références, typiquement américaines et qui risquent de laisser froids des lecteurs français. Mais ainsi, si on veut, on peut creuser plus avant et aller fouiner dans les références citées, ce qui nécessite alors de connaître un peu l'anglais. Pour qui n'aurait pas ces lumières, cette traduction permet au moins d'avoir accès à une partie des idées qui traversent la société anglo-saxonne qui, elle, a libre accès à tout ce corpus d'arguments et de débats.
 
Cet article date de moins d'un an, ce qui le rend quand même très récent : d'autres articles que j'ai traduits et que j'aimerais publiés sont plus anciens, et il se donne pour but de faire rapidement le tour de la question d'une manière directe assez inhabituelle chez nous. 
 
YourTango se voulant une publication destinée plus particulièrement aux femmes, il se focalise plus sur elles, et en position de se faire fesser, car si la fessée est beaucoup moins taboue la-bas qu'ici, il faut aussi compter avec les jeunes femmes sur le très puissant lobby de l'idéologie féministe qui impose une pensée unique et une forme de dictature jusque dans la chambre à coucher, idéologie dominante et culpabilisante que commencent à contester des féministes convaincues comme Jessica Wakeman, dont je publierai peut-être la traduction de quelques articles un jour.

 
 

 

En attendant, le manque de recul et d'expérience des jeunes femmes tend à rendre difficile un minimum de détachement vis-à-vis des diktats idéologiques, recul d'autant plus difficile en raison à côté d'une grande brutalité et d'un certain manque de subtilité de la société américaine. Pas facile de s'y retrouver et YourTango joue sur ces difficultés pour  se faire sa place au soleil.
Je m'aperçois que j'ai encore été bien long, alors place à la lecture de cet article : profitez !

 

28 janvier 2016 http://www.yourtango.com

Parce que vous n'êtes pas la seule à avoir le fantasme d'être renversée sur les genoux de quelqu'un ... 

Ce n'est pas si souvent que grâce à l'érotisme de l'époque victorienne, une fille de 15 ans vit une illumination sexuelle. Mais c'est exactement ce qui est arrivé à Katherine* pendant son année de seconde de lycée.
Quand son équipe de rhétorique s'est arrêtée à une librairie lors d'un voyage hors de la ville, un ami a acheté un livre d'histoires sexuelles du 19ème siècle. Vous savez ce qui arrive ensuite: lors du trajet retour en bus, une Katherine aux yeux écarquillés a lu attentivement une histoire sur un homme et sa domestique.
Cette sexcapade, pourtant, a connu un tour spécial: elle a provoqué beaucoup de fessées.
"J'ai pensé, 'Oh mon Dieu, c'est une chose véridique! Je ne suis pas la seule à penser que c'est intéressant!' ", se souvient aujourd'hui la quadragénaire Katherine. Depuis qu'elle était petite, ses pensées tournaient autour de la fessée, mais ce n'est qu'à partir du moment où elle elle s'est sentie excitée à la lecture de cette histoire qu'elle a désiré qu'un homme la fesse au lit.
Des femmes comme Katherine ne sont pas seules: beaucoup de gens aiment les claques d'amour — en-travers-des-cuisses ou mêlées aux rapports sexuels, que ce soit en apéritif ou comme plat principal. "Pour certaines personnes, une bonne grosse claque réveille les terminaisons nerveuses", dit le Dr. Yvonne Fulbright, sexologue et auteur de Touch Me There: A Hands-On Guide to Your Orgasmic Hot Spots (« Touche-moi là : un guide pratique vers vos points chauds orgasmiques »).
Difficile de savoir combien de personnes sont dans cette pratique, mais pas besoin d'aller plus loin que dans la culture pop pour voir que nous avons la fessée à l'esprit. Le "paddling" (fessée avec un accessoire plus ou moins en forme de pagaie, qui peut être en bois, comme une extrémité de rame, mais aussi en cuir, en matière plastique, ou tout autre matière apte à administrer une bonne fessée) apparaît partout dans les vieux épisodes de I Love Lucy jusque dans le film de 2004 Along Came Polly et le hit du show de Broadway Spring Awakening.
Plus loin en 1996, l'essayiste Daphne Merkin a choqué les lecteurs du New Yorker avec un article franc sur son désir d'être fessée par un homme; même Justin Timberlake a promis dans son single de 2006 SexyBack, "Je te laisserai me fouetter si je me conduis mal." (Woah, parliez-vous de Britney Spears, Cameron Diaz, ou Jessica Biel quand vous avez dit ça, Justin?)


Pourquoi la fessée fait un mal qui fait du bien

Le postérieur est rempli de ses propres nerfs, et le cul est aussi situé près de points chauds sensoriels du corps — le scrotum masculin et la vulve féminine. Une manipulation coquine comme la fessée est un super moyen d'envoyer des vaguelettes à travers la peau et de stimuler toute la zone, dit Fulbright.

Thomas Roche, un écrivain érotique de 39 ans à San Francisco, dit que la fessée est "excitante, chargée d'émotions et tellement intime" tout à la fois. Mais pour lui, l'attrait de fesser une femme réside entièrement dans le "contact corporel" — le derrière d'une femme soumise et tout ce qu'il y a autour.
La fessée attire chacun pour des raisons différentes. "Certaines personnes aiment la punition, les jeux de rôles, certaines personnes en aiment juste la partie fessée. Pour certaines personnes, c'est plus naïf", dit Rachel Kramer Bussel, rédactrice en chef de Spanked: Red-Cheeked Erotica** (« Fessée: littérature érotique aux fesses rouges »), qui a écrit avec passion sur son amour d'une bonne fessée dans sa précédente rubrique sexuelle de Village Voice.
"Vous devez comprendre quelle partie de tout ça vous intéresse d'explorer, de manière à pouvoir l'expliquer à l'autre personne."

Une fois que vous avez compris votre fantasme, comment demandez-vous à recevoir une fessée — ou d'en donner une? Et bien essayez de louer Secretary (La Secrétaire), le film de 2002 avec Maggie Gyllenhaal et James Spader, et de le regarder avec votre chéri, suggère Bussel.

Si les films du cinéma indépendant ne sont pas votre tasse de thé, elle vous suggère de trouver YouTube video ou un site qui contient de la fessée, de le montrer à vos partenaires et de leur demander ce qu'ils penseraient d'essayer.
Que vous soyez le fesseur ou la fessée, Bussel dit de tenter franchement mais sans pression l'approche de la discussion "hey, pouvons-nous essayer ça". Parce que le sujet peut parfois être rebutant, abordez la chose comme quelque chose que vous et votre partenaire allez juste essayer, dit-elle, pas quelque chose que vous voulez faire tous les soirs (même si c'est le cas).


Comment fesser comme un Pro

De la même façon, pour mener à bien la fessée, il y a beaucoup de manières de le faire! D'abord, prenez une position dans laquelle vous vous sentez confortable. Pour les débutants, Roche suggère allongée en travers des cuisses de quelqu'un sur un lit de manière à ce que la tête de la personne fessée est soutenue. La receveuse peut aussi se pencher au-dessus d'une chaise ou se tenir debout contre un mur si c'est plus séduisant. Vous pouvez utiliser les mains ou fesser avec un instrument comme un paddle en bois. Les sex-shops ont beaucoup d'instruments marrants — si votre paddle est recouvert de fourrure cela devient un "joke-y, funny prop" (un accessoire marrant, de plaisanterie) et injectera de l'humour dans votre chambre, dit Bussel.
"Ce n'est pas exactement douloureux, ça dépend de comment c'est fait", dit Roche. "Mais si vous y allez trop durement, trop vite, trop loin, vous pouvez causer beaucoup de souffrance. Ce que vous voulez, c'est juste démarrer doucement et explorer!" La partie charnue de l'arrière-train, bien sûr, est un endroit très approprié pour démarrer —l'arrière des cuisses peut être plus douloureux et le tapotage d'amour de la région génitale est un mouvement "évolué" que les débutants devraient éviter, avertit Roche. Les autres régions que vous ne devez frapper dans aucune circonstance comprennent le dos des genoux, le coccyx et la colonne vertébrale. "Utilisez le bon sens", dit-il — ou tenez-vous en seulement à ce que Roche appelle le "sweet spot" (« le doux endroit »…), la région sensible où le cul rencontre le haut de la cuisse.

Entre les coups, le fesseur peut caresser la région fessée, lutiner les parties génitales, ou tirer doucement les cheveux de la femme fessée - si c'est ce qu'elle voudrait. "Par la suite, vous devriez en parler pour voir si vous lisez [le corps de votre partenaire] correctement", dit-il. Découvrez si ces gémissements de douleur étaient dans l'extase ou le regret.



Mais comme beaucoup de choix sur le buffet sexuel
décalé, la fessée n'est pas adoptée par tout le monde. Fulbright prévient : "Vous constaterez que le derrière est hors jeu pour beaucoup d'adultes. Alors que certaines personnes trouvent excitant d'avoir cette zone touchée, d'autres se heurtent à l'élément psychologique de laisser quelqu'un accéder à une zone «tabou», même si votre partenaire ne touche pas n'importe où près de votre anus."
 
Katherine ne connaît que trop bien ce tabou: bien que son intérêt pour la fessée sexuelle remonte à son enfance, ce n'est qu'à partir de 37 ans qu'elle a incorporé la fessée dans sa vie sexuelle d'une façon ressentie comme positive. Son plus gros obstacle ? Jeune adulte, Katherine avait connu une relation physiquement abusive et la première fois qu'un partenaire sexuel a frappé son cul était sous le coup de la colère, dit elle. Pendant des années, Katherine a lutté contre le conflit interne de demander à un homme de la fesser dans le contexte du sexe.
En effet, il n'est pas difficile de voir à quel point les gens fessés pendant leur enfance (ou physiquement abusés à un moment quelconque de leur vie) peuvent avoir un moment de recul devant la fessée pendant le sexe. Pour beaucoup d'entre eux, le fait de frapper est effrayant, courrouçant, et capricieux.


Ayez confiance en votre fesseur


C'est pourquoi avoir confiance en votre partenaire est crucial. Roche a fessé des femmes depuis qu'il a 17 ans et il a vu plus que quelques "moments émotionnels" au cours des ans, de la part de femmes pour lesquelles la fessée exhumait de puissants souvenirs. Par conséquent, la confiance va dans les deux sens. "Vous devez savoir qu'elle vous fera savoir si quelque chose ne va pas", dit-il.
Une idée? Définissez un mot ou une phrase, quelque chose d'autre que "stop" ou "non" (que les gens disent parfois quand ils veulent dire l'exact contraire), qui signifie que toute fessée doit cesser immédiatement. "Faisons autre chose", ou, "J'en ai assez", sont toutes les deux de bonnes suggestions. (Un peu trop long et complexe, pour ma part je trouve plus judicieux les mots généralement utilisés en France comme "pouce" ou "rouge", mais ce n'est que l'avis d'un fesseur français.)
Jouer avec la domination sexuelle peut être aussi attirant que déconcertant. Quand on en vient à la fessée et les rôles sexuels, les casseroles sur le pouvoir peuvent faire irruption dans la chambre dans un train express. Bien que les petites tapes d'amour ne soient certainement pas exclusivement un comportement homme-sur-femme, de façon non confirmée, mecs fessant nanas est une des manifestations les plus communes. Quelques types apprécient de frapper des femmes, ce qui leur donne l'impression de se sentir puissant ou viril. Roche, par exemple, dit qu'il aime le "power aspect" (« côté puissant »). Mais d'autres types sont à juste raison flippés par une telle demande. Après tout on enseigne aux hommes de ne jamais frapper les femmes.
"Les hommes sont mal à l'aise à ce sujet aussi!", dit Katherine. "Infliger de la souffrance à une femme, même de la souffrance érotique, est un peu intimidant!" Elle pense que beaucoup d'hommes sont OK avec le fait de fesser leur femme mais pourraient ne pas être OK avec la part d'eux-mêmes qui aime ça – ils se demanderaient s'il y a quelque chose de furieux, violent, ou mauvais avec eux.
Si vous sentez que votre mec s'inquiète, gardez la fessée… badine: mettez en valeur les plus sexy, les plus espiègles parties d'une fessée, suggère Katherine, comme quand le cul se révèle "une zone érogène bien mise en évidence", et le fait que la fessée provoque "beaucoup de contorsions et de halètements!"


Vous ou votre partenaire peut même jouer un rôle ou se déguiser (vilaine servante, vilaine étudiante, vilaine que sais-je encore).



Il est possible que votre mec puisse être celui qui a très envie d'une fessée. En fait, c'est un costume que Bussel a endossé plusieurs fois auparavant, même avec des mecs "prétentieux" qui sont l' "opposé de ce que vous pourriez penser" quand vous imaginez un homme soumis.
Mais, qu'est-ce qui est excitant dans le fait de fesser un homme? Elle ne peut probablement pas le maîtriser physiquement, dit Bussel, donc il se rend lui-même vulnérable pour elle. Parce que quelques mecs envisagent l'envie d'être fessé comme une castration, ajoute-t-elle, cela signifie qu'un mec fait particulièrement confiance.
La fessée peut être un super amusement à introduire dans la chambre. Grâce à beaucoup de communication, chaque couple a besoin de comprendre par soi-même tous les détails avant de se lancer. La sécurité est d'une importance capitale, bien entendu, mais tout est dans le timing. Si c'est mal fait, dit Fulbright, la fessée "est le genre d'activité qui peut complètement tuer le moment!" Mais une fois que vous avez amené votre partenaire là où vous le vouliez, amusez-vous! Il n'existe pas de bonne façon pour fesser quelqu'un et si ça fait trop mal — ou pas assez — pour procurer du plaisir, vous devez vous exprimer!



*Le nom a été changé pour protéger l'identité.

**Spanked: Red-Cheeked Erotica Paperback – 28 juillet 2008 


La fessée érotique – qu'elle soit donnée ou reçue – est une des plus excitantes, émoustillantes, et sensuelles expériences dont on peut jouir. Dans cette séduisante collection, la fan de fessée Rachel Kramer Bussel a rassemblé 22 histoires d'incitation à rougir les fesses. Que ce soit par punition pour polissonnerie ou simplement par envie irrésistible de la brûlure d'une main sur la chair, les hommes et femmes dans ces histoires se délectent d'être basculés, fessés, punis, et possédés par leurs fesseurs. Ceux qui distribuent les claques trouvent un plaisir extrême à presser les bons boutons de leurs derrières, les faisant – et le lecteur avec -- trembler et frémir par anticipation en attendant la prochaine claque. L'ouvrage comprend des histoires d'Alison Tyler, Sage Vivant, Stan Kent, Elizabeth Coldwell, Thomas Roche, et d'autres, cette crépitante collection offre des histoires tellement vivantes et à vous couper le souffle que les lecteurs pourraient se retrouver avec les fesses meurtries juste en la lisant.



lundi 26 décembre 2016

9 semaines et demie


Reprenons le cours principal de ce blog, à savoir les liens entre écriture, ici un des ouvrages les plus connus de la littérature érotique contemporaine, et fessée.





"9 semaines et demie" ("Nine1/2 weeks") est l’œuvre de la mystérieuse scénariste et romancière Elizabeth McNeill. Alors éditrice pour un magazine féminin, Elizabeth McNeill a dissimulé son identité pour publier son histoire parue en 1979. Mais elle se suicide en 2011, emportant avec elle le mystère d'une liaison érotique extrême qui fascine encore le monde entier.
En 1986, il a connu une adaptation cinématographique contestée et, comme il se doit, très édulcorée, avec Mickey Rourke et Kim Basinger dans les principaux rôles.

 
Elizabeth, divorcée, travaille à la Spring Street Gallery, une galerie d'art de New York. C'est en faisant ses courses chez un épicier chinois qu'un homme la remarque ... John, le mystérieux inconnu, vit une folle passion amoureuse avec Elizabeth et pousse le jeu érotique jusqu'aux limites de l'esclavagisme. 
Un épisode raconte de manière très courte et assez évasive le moment où John décide devant une autre femme de flanquer une bonne fessée déculottée à Elizabeth.



Il s’assoit au bord du lit. Je me penche sur sa cuisse gauche, son bras droit enlace le bas de mes genoux, sa main gauche entoure mes poignets serrés contre mes fesses. Il tire sur ma jupe, attrape sa ceinture. Puis il glisse ses doigts entre l’élastique et ma peau, et baisse ma culotte.
Je serre les dents, folle de terreur, emplie d’une rage nouvelle pour moi. Je ne veux pas, même s’il me bat pendant des heures, je ne veux pas crier… Un professeur de collège disait à un élève, un garçon morose, plus grand et plus fort que le reste d’entre nous : « Ton père devrait te mettre sur ses genoux, baisser ton pantalon et te fesser », quand il renversait de l’encre (ou même quand il ne faisait rien). La chose était dite d’une voix douce, mais cette douceur même prenait des allures de cauchemar… Ce souvenir depuis longtemps oublié remonte maintenant à la surface de ma mémoire. Mais maintenant c’est pire. Tout ce qu’il m’a fait pendant toutes ces semaines n’était pas aussi avilissant que cette promiscuité charnelle forcée. Être attachée à un lit, ramper sur le plancher, être enchaînée avec des menottes, non, tout cela paraît un paradis à côté de cette situation où je lui offre mes fesses comme sur un plateau, tandis que le sang bouillonne dans mes veines, rugit dans mes oreilles…
Je finis naturellement par crier. Il s’arrête, mais ne me laisse pas fuir. Une paume fraîche caresse ma peau, des doigts passent sur mon corps; une main descend vers mon ventre, suit la ligne entre les cuisses et les genoux, va et vient entre mes jambes. « Donne-moi la vaseline que tu as apportée, dit-il à la femme, et tiens bien ses mains. »

mardi 20 décembre 2016

Conseil de gynéco

En me baladant sur Internet, il m'arrive de tomber sur des articles insolites, qui m'inclinent à me détourner de mes recherches initiales. Je suis un jour tombé comme ça sur quelques conseils d'une gynéco (je sais, ça ne parle pas de fessée, ni de littérature, et en principe, je n'ai que faire d'une gynéco, mais doit-on ne s'en tenir qu'à ces sujets ? Et puis c'est mon blog, j'y fais ce que j'ai envie !), dont un qui rejoint à la fois une certaine logique et certains pans de ma philosophie. 


Je vous livre donc ce conseil tel quel, libre à qui le lira de le commenter

Ne portez pas de sous-vêtements quand vous le pouvez. Les sous-vêtements sont responsables de la croissance des bactéries. « Si vous remarquez que « ça » ne sent pas bon, ça ne vient pas du vagin mais de bactéries qui se développent à cause du fait que votre vulve est en permanence collée à vos sous-vêtements. C’est encore pire l’hiver quand les femmes portent des collants et un jeans par-dessus. Évidemment, vous ne voulez pas être Paris Hilton au bureau alors portez des sous-vêtements la journée mais dès que vous rentrez chez vous, ôtez votre culotte. Et n’en portez pas la nuit. »


Ce conseil a été publié ici, pour celles qui voudraient bénéficier des autres conseils de la gynéco.
J'y ajouterais aussi que rien n'est pire pour la santé
qu'un maillot mouillé, sur une plage ou dans une piscine, surtout quand on se couche sur le ventre : c'est le meilleur moyen pour une femme, pour une fois défavorisée par son anatomie, pour s'auto-infecter et ramasser mycose vaginale sur mycose vaginale ! 
Après un bain, soit il a été pris en maillot et il est nettement préférable de se changer et, après s'être soigneusement séchée, de mettre un maillot sec, soit il a été pris totalement nue et alors... et bien alors il n'y a tout simplement aucun problème d'ordre sanitaire, surtout si on évite d'emprisonner un film d'eau entre les cuisses et l'entrejambe (en général, quelques pas au sec suffisent) ! Liberté totale de se coucher immédiatement sur une face ou sur l'autre, sur le côté, sans avoir à recourir à un fastidieux changement de tenue. Des bienfaits inattendus du naturisme...

Au sujet des conseils de cette gynécologue, je suis d'ailleurs toujours très surpris de voir tel ou tel film anglo-saxon, y compris de fessée, montrer des personnages de sexe féminin dormant avec leur culotte, ce qui me semble tout sauf hygiénique et sain. 
Pour moi, il me semble évident qu'il ne faut pas laisser certaines choses enfermées, contrairement à ce que la pudibonderie ambiante exige.


En matière de fessée, histoire de revenir quand même vaguement au sujet de ce blog, je ne la conçois bien sûr que déculottée, complètement déculottée, pas forcément dès le début, mais forcément à la fin, que ce soit d’ailleurs pour ces dames comme pour les messieurs. Bien entendu, les fesses nues, cela fait à mon sens partie intégrante du plaisir de la fessée, mais la fessée aurait-elle une telle intensité, un impact aussi important sur les esprits, sur l'imaginaire, si seules les fesses étaient dévoilées ? Je peste contre certains sites de fessée qui ont pris -à la base ou temporairement- le parti pour ces dames du string ou du tanga inamovible pour ne pas risquer de montrer "l'immontrable". Mon Dieu ! Les parties génitales de la femme seraient-elles si laides ? 
Je n'ai pas cette opinion, loin de là, je trouve même certaines vulves d'une beauté et d'une pureté de trait remarquables.
Hors considérations purement esthétiques, je pense même que pour les femmes et l'image qu'elles se font d'elles-même, cette forme de
honte induite et de mépris vis-à-vis de leurs "parties intimes" (?) doit faire des dégâts considérables en générant des complexes parfaitement dénués de sens tout comme en même temps, je ne vois pas non plus ce qu'il y a de particulièrement précieux dans des organes externes somme toute tout à fait naturels. Sans réclamer pour autant qu'ils soient exhibés à tout bout de champ, ce qui pourrait nuire à un certain équilibre de la vie en société, je ne vois absolument aucun inconvénient ni aucun scandale à ce qu'au quotidien ils soient entièrement dévoilés ici ou là, intentionnellement (jeu, sauna, piscine ou plage naturiste...) ou accidentellement (coup de vent, vêtement défaillant, besoin urgent...), comme dans les exemples qui suivent. 

Je considérerais même ces mises à l'air comme nécessaires et bénéfiques pour tous. Les démythifications de la femme, de son corps et de son fonctionnement ne peuvent qu'assainir aussi les esprits masculins, quelquefois un peu trop prompts à s'échauffer. "Un jeu de dupes" avait écrit le chanteur... Au moins, si la vision de sexes féminins peut permettre à ces dupes de ne pas se focaliser dessus et de s'occuper utilement d'autres sujets...
Alors observons d'un œil bienveillant (le regard d'autrui, ça compte !) les mises à l'air des entrejambes de ces dames. On sait que cela profite à leur hygiène, et que leur vue intentionnelle ou accidentelle n'a jamais directement tué personne. 
Admirons juste au passage avec sincérité et sans arrière-pensée la beauté de ces organes trop souvent cachés. Après tout, on complimente déjà la femme sur ses yeux, ses cheveux, l'harmonie de son visage, le galbe de ses gambettes, la délicatesse de ses pieds ou de ses mains, sa callipygie ou sa poitrine, pourquoi ne pas le faire sur ses lèvres intimes ? Et quoi de plus sain et de plus réconfortant qu'une femme qui ne fait pas toute une histoire d'avoir été vue les fesses ou le sexe à l'air, et qui même en sourit généreusement, espiègle ou légèrement confuse, mais finalement heureuse du petit bonheur qu'elle a procuré?


Alors halte à l'hypocrisie, aux vues étroites, aux postures plutôt malveillantes et à des conventions héritées de l'époque victorienne, et vive le naturel !
Et mesdames, songez qu'en cas de fessée, vous ne serez déculottée que si vous portez le sous-vêtement approprié.