mercredi 13 mai 2020

Des nouvelles encourageantes de Veronica


Je sais, j’ai des tas d’articles autrement plus « sérieux » à poster sur la fessée, certains sont quasiment prêts et attendent depuis (trop) longtemps, mais comme vous le savez, j’ai quelques relations amicales très sympathiques de l’autre coté de l’Atlantique (j’espère bien vous en faire connaître une très étonnante bientôt), et je ne peux pas résister à l’envie de vous répercuter aussitôt et toutes affaires cessantes les bonnes nouvelles que je viens de recevoir de la part de Veronica.


Je vous avais déjà relaté en octobre les catastrophiques dé
gât
s causés par un hacker sur son très joli blog OldFashionedGirl SPANKING dont vous avez le lien à la droite de l’écran.


J’étais bien entendu resté en relation avec Veronica dont je vous avez déjà vanté la générosité et la gentillesse, deux qualités qu’elle confirme pleinement aujourd’hui.





Début mai, j’avais reçu quelques nouvelles encourageantes de sa part :
« Hi Rich, glad your doing okay Hopefully when things get back to normal I can work on my blog again. Please stay in touch and in the meantime if you would like, I can send you some recent spanking pics,. Xoxo ».
En bon français, ça donne à peu près ça :
« Salut Rich, content que tu ailles bien. J'espère que lorsque les choses redeviendront normales, je pourrai de nouveau travailler sur mon blog. S'il te plaît, reste en contact et en attendant si tu le souhaites, je peux t'envoyer quelques photos récentes de fessée. Bisous bisous »
Donc Veronica avait réussi à surmonter la déception immense de la destruction de son blog et envisageait à nouveau de relancer cette activité. De plus, elle avait continué à prendre des photos de ses fessées et se proposait même de m'en envoyer. Comment refuser pareille proposition ?



Je lui avais répondu il y a quelques jours (sans oublier son fesseur de mari dans mes souhaits de bonne santé) :
« Hi Veronica,
I hope that Covid19 let you apart and that you're well. Today we have a little more freedom in France, but we have to be careful.
It could be very nice from you to send me recent spanking pics, it would be such a pleasure for me, and when you will be close to open your blog again, I could announce it on my own blog with some of those pics. I'm so happy to learn that things get back to normal for you. I missed your blog.
Good news ! :)
xoxo »
Soit, en gros :
« Salut Veronica,
J'espère que Covid19 vous a laissés de côté et que vous allez bien. Aujourd'hui, nous avons un peu plus de liberté en France, mais il faut faire attention.
Il pourrait être très gentil de ta part de m'envoyer des photos récentes de fessée, ce serait un plaisir pour moi, et quand tu seras proche d'ouvrir à nouveau ton blog, je pourrais l'annoncer sur mon propre blog avec certaines de ces photos. Je suis tellement heureux d'apprendre que les choses reviennent à la normale pour toi. Ton blog m’a manqué.
Bonnes nouvelles ! :)
Bisous bisous
 »

Et puis hier, j’ai eu la chance de recevoir une formidable réponse, accompagnée en pièces jointes de ces délicieuses photos que vous découvrez entre les paragraphes (vous remarquerez que Veronica n’a rien perdu de son charme ni de sa coquinerie!) :
« You may use some or all of these photos on your blog. Please let everyone know that I'm taking some time off from blogging but should be back and running around August or September. Stay in touch... xoxo... ».
On peut traduire ça par :
« Tu peux utiliser certaines ou toutes ces photos sur ton blog. S'il te plaît, fais savoir à tout le monde que je prends un peu de recul par rapport à mon activité de blogueuse, mais devrais être de retour en août ou septembre. Restons en contact... Bisous bisous... »
Quel cadeau !
Vous comprenez pourquoi j’ai voulu vous en faire profiter en exclusivité !





 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons enfin une esquisse d’échéance. Un an sans Veronica, j’avoue que c’était assez dur et que son blog m’a vraiment manqué ! Il faisait partie de mon tour régulier des lectures repères que j'aime effectuer quasi quotidiennement.

Mais là ça y est : à la fin de l’été ou au début de l’automne, nous devrions assister à son grand retour. Alors ne sont-ce pas là des nouvelles encourageantes qu’il fait bon diffuser ?
Pour la fin, je vous ai réservé deux images incluses dans son envoi (signe qu’elle espérait bien que je les publierais!) montrant que notre délicieuse Veronica n’a rien perdu de sa coquinerie espiègle. Oh la vilaine ! Ne trouvez-vous pas qu’elle mériterait bien encore une bonne fessée cul nu ?


samedi 22 février 2020

La première fois qu'il m'a donné une fessée.

Oui, je sais, cela fait longtemps que je n'ai pas publié, mais je l'avais annoncé dès le départ, ceci est mon blog et j'y publie ce que je veux quand je le veux, et à dire vrai en ce moment c'est plutôt "comme je le peux", car le temps me manque beaucoup pour m'occuper de ce blog comme j'aimerais le faire. J'ai de nombreux projets pour le faire vivre, mais cela demande à chaque fois énormément de travail entre les traductions, les différentes pistes à suivre et les illustrations.
Or en surfant il y a peu sur Internet, je suis tombé sur un autre blog en langue anglaise, qui n'a duré que quelques mois en 2012, la volonté de sa créatrice de vouloir nous faire partager ses fessées et ses découvertes supposées (je ne garantirais pas la véracité des textes publiés !) semblant s'émousser très rapidement sous la pression de multiples autres occupations. Voici comment cette supposée jeune femme se décrivait à l'époque :  "Je suis une étudiante de 20 ans qui reçoit la fessée. Je n'aime généralement pas me faire fesser, mais de temps en temps, je dois admettre que j'aime être sur les genoux d'un homme fort et autoritaire, bien disposé pour ça  et capable de me donner ce dont j'ai besoin."
Soit.
En revanche, parmi les seulement 16 textes de ce blog, j'ai trouvé ce récit -arrangé ou non, voire inventé ?- de première fessée qui m'a paru intéressant car décrivant assez bien un des modes de fascination de la fessée chez certaines jeunes femmes. Au passage, notre narratrice décrit pourtant bien la chaleur qui l'envahit à l'évocation ou au spectacle de la fessée...
Les photos qui illustrent ce récit proviennent aussi de ce blog.
Et puis, dans les commentaires, j'ai remarqué un autre texte, semblant lui aussi plausible, ou en tous cas décrivant assez bien une autre façon d'aborder la fessée.
Je vous l'ai ajouté car je sais que, s'il y a des adeptes de la "gentille" déculottée qui se contente de bien chauffer les fesses en laissant le contrôle, il y a aussi des supportrices du célèbre lâcher-prise qui nécessite au moins une fessée soutenue, jusqu'à aller aux larmes expiatoires et libératrices au bout d'une implacable raclée qui embrase le popotin. Tous les goûts sont dans la nature, alors en attendant de présenter vos fesses à la fessée qui vous convient, je vous invite à vous plonger dans ces deux récits.

La première fois qu'il m'a donné une fessée.
Mercredi 29 février 2012 (http://i-am-spanked.blogspot.com)

Il y a presque un an maintenant, j'ai reçu ma première fessée en tant qu'adulte, par mon beau-père. Avant d'emménager, ma mère et moi nous sommes assises et elle a expliqué comment les choses allaient se passer après son installation. Au début, j'avais un peu peur de lui parce que je le voyais juste comme un vieil homme emménageant pour nous ordonner et nous punir à volonté.

Avant d'emménager, il viendrait pour que nous puissions tous nous rencontrer et faire des choses pour nous connaître. J'ai rapidement découvert, je suppose dès la première fois que je l'ai rencontré, qu'il était un mec bien. Donc, ma mère a expliqué qu'il était, ou serait, ou je suppose que c'est le chef de la maison maintenant et ce qu'il dit irait. Quand elle a expliqué que la punition serait d'être fessée, j'ai juste pensé que ça allait. Je sais que cela semble étrange, mais je n'y ai pas pensé en bon ou mauvais.

Alors je suis allée sur le net et j'ai mis "fessée pour de vrai" et j'ai eu des pages de sites pour adultes avec des vidéos de fessée. Mais, non loin du sommet se trouvait un blog appelé Spank her 4 real et j'ai cliqué dessus et wow. Ce gars a fessé pour de vrai. Il avait des photos et un commentaire sur la fessée de sa fille Rose parce qu'elle avait apporté de l'alcool dans la maison.

Mon corps entier est devenu chaud lorsque j'ai lu l'entrée et que j'ai vu les fesses nues de Rose se faire fesser. Dieu, je ne pouvais pas croire ma réaction. C'était comme si je voulais me faire fesser maintenant. Est-ce que ça sonne comme si j'étais paumée? C'était quelque chose à propos de quelqu'un d'autre et d'un homme véritable, dont je suppose qu'il baissait ma culotte à ma place. Une sorte d'abandon de contrôle et d'être contrôlée qui m'a juste fait chaud.

Ensuite, j'ai découvert un court clip de Rose recevant une fessée, c'était sur un site appelé Spanking Tube. Je suppose que pendant la première semaine où j'ai découvert le clip que je l'ai regardé plusieurs fois par jour. Revenons donc à mon beau-père. À ce moment-là, nous nous étions tous assis et il a expliqué que certaines choses allaient changer, comme la maison allait devenir plus propre et que je devais aussi me charger de ma chambre. OMD J'avais 19 ans et je devais garder ma chambre propre selon "ses" spécifications? Au début, j'étais un peu énervée, mais cette nuit-là, quand j'ai commencé à regarder Rose se faire boursoufler le derrière, je me suis mise à sa place, pour ainsi dire, et j'ai rêvé que je recevais une fessée pour ne pas avoir nettoyé ma chambre. C'était ça! J'ai réalisé que si je ne nettoyais pas ma chambre, cela entraînerait une fessée.

Je prenais cependant un grand risque. Et si ça faisait simplement mal comme l'enfer et que ce n'était pas ce que j'avais imaginé? Il a donc établi quelques règles et l'une d'elles était que samedi à midi, ma chambre devait être propre. Maman m'a prévenue qu'elle avait déjà été fessée plusieurs fois et que ce n'était pas amusant. Quand j'ai posé quelques questions sur ses fessées et qu'elle m'a dit que les fessées seraient toujours sur mes fesses nues, j'ai presque eu un orgasme et j'étais indignée en même temps. Lorsque la réalité commença à s'approcher qu'une fessée cul nu se produirait vraiment, il a semblé qu'il fallait une éternité pour que le samedi midi arrivât.

Ce samedi-là, je me suis fait un devoir d'être de retour vers 2 heures de l'après-midi avec l'espoir et la peur qu'il ait inspecté ma chambre à midi précises et n'ait pas aimé ce qu'il avait vu. Je suis rentré vers 14h30 et personne n'était là. J'ai commencé à me dégonfler et je me suis quand même occupée à nettoyer ma chambre. J'avais du linge à faire et pendant que je cherchais des vêtements sales dans ma chambre, je la nettoyais aussi.

Ils sont revenus vers 6 heures ce samedi-là et avaient acheté des DVD à regarder. Je n'oublierai jamais cette nuit. Maman est allée dans la cuisine pour commencer à préparer des collations à manger pour la soirée cinéma et mon beau-père s'est assis sur le canapé et a commencé à expliquer ce qui allait se passer. Il a dit qu'il trouvait ma chambre inacceptable et m'a demandé ce qu'il aurait dit si elle n'était pas propre. Je ne pensais pas qu'il avait remarqué et je me suis raclé la gorge et j'ai dit: "C'est propre." Il m'a dit de ne pas jouer avec lui et qu'à midi, c'était un bazar et m'a demandé à nouveau ce qui allait arriver. J'ai répondu: "Vous avez dit que je recevrais une fessée."

Sans grand discours ni réprimande, il m'a ordonné de me lever, de venir à côté de lui et de baisser mon pantalon et ma culotte. Je me levai rapidement et à la place me précipitai dans la cuisine. Au début, je pensais qu'il me poursuivrait là-dedans, mais il ne l'a pas fait. Je me suis complètement dégonflée et j'ai dit à maman que je ne voulais pas de fessée. Elle a dit que si je ne voulais pas de fessée, j'aurais dû nettoyer ma chambre. Putain, elle avait raison. J'avais une chemise assez serrée qui n'arrivait qu'à mon nombril, donc si je baissais tout, il verrait aussi ma chatte. Dieu que ça aurait alors été vraiment bizarre. Maman m'a dit d'aller dans ma chambre et de mettre un T-shirt qui me couvrirait un peu jusqu'à ce que je sois sur ses genoux et de me nettoyer d'abord dans la salle de bain. Mais, j'ai d'abord dû retourner dans le salon et lui dire que je serai de retour mais je devais me préparer.

Environ 20 minutes plus tard, je suis sorti avec seulement mon soutien-gorge et mon grand T-shirt sur moi. Il était assis au bout du canapé, alors je me suis approché de lui et il m'a ordonné de m'allonger sur ses genoux. Quand il a soulevé ma chemise jusqu'au milieu de ma taille pour exposer à la fois moi et mon cul, je suis sûr que mon visage est devenu rouge vif. Ce ne fut pas long, quelques secondes plus tard, que je sentis mes fesses commencer à virer au rouge vif. 


Dieu ses mains étaient énormes et il ne m'a pas fallu plus de 3 ou 4 claques pour commencer à pleurer. Gees quel bébé. Je pense que cela a duré environ 30 secondes ou peut-être une minute et c'était fini.

Je glissai de ses genoux et m'agenouillai sur le sol en pleurant. Ce qui m'a surpris cependant, c'est qu'il m'a dit de lui faire un câlin et comme je l'ai fait c'est quand il m'a un peu réprimandée et sermonnée. J'ai commencé à pleurer davantage parce que j'étais vraiment désolée de l'avoir déçu. Il était vraiment le premier homme de ma vie qui avait une réelle autorité sur moi et qu'est-ce que j'ai fait sinon le décevoir? Je ne voulais pas faire ça. En fait, je voulais voir ce qu'était une fessée.

Le reste de la soirée a été absolument merveilleux. J'ai réalisé en me couchant ce soir-là à quel point cette fessée m'avait affectée. Dieu c'était SUPER.

 

Nul doute que la jeune femme décrite dans ce texte ne s'en est pas tenue à une seule fessée, c'est du moins ce que le blog laisse supposer, qu'elle a reçu bien d'autres fessées cul nu de la part de son beau-père... et peut-être d'autres hommes, et que depuis cette première fessée ses nuits sont troublées par les souvenirs de fessées reçues cul nu !

Et voici ce qu'une lectrice du blog a envoyé comme commentaire : 

 

Anonyme 20 avril 2016 à 15 h 31


J'aime une vraie fessée du style qui continue jusqu'à ce que je sanglote.
Je me suis enfin ouverte à un copain de 8 mois que j'aime la fessée. Nous avons donc essayé plusieurs fois. Il m'a quelques fois donné une fessée jusqu'à ce qu'il soit à l'aise. Puis il m'a plusieurs fois donné une fessée jusqu'à ce que j'utilise mon mot de sécurité. Il m'a donné quelques fessées chronométrées de 2 minutes quelques semaines plus tard, ce qui était plutôt bien. Mais elles étaient toujours sur mes vêtements. J'ai dit ce que je voulais vraiment essayer. Je lui ai dit que je voulais un très long style de punition disciplinaire sans fioritures jusqu'à ce que je pleure au-delà de ma capacité à prononcer un mot. Je voulais ressentir l'inquiétude de renoncer à mon mot de sécurité. Pour n'avoir aucune limite de temps, aucune limite de claques, aucune protection. Je voulais ressentir l'anticipation de baisser moi-même lentement mon pantalon et ma culotte, de ne pas savoir quand ça allait s'arrêter ni combien j'allais recevoir. Je veux essayer de ressentir le frisson et la montée des endorphines à faire le choix, de sentir l'adrénaline se précipiter pour vouloir rester moi-même en position et la recevoir, peu importe à quel point ça fait mal jusqu'à ce que je pleure et que je ressens cette libération émotionnelle cathartique.
Il était très réticent au début et nous en avons parlé pendant des jours. Je voulais qu'il démarre plus lentement et aille crescendo pour que la fessée dure plus longtemps. Au début, il ne le voulait pas parce qu'il était préoccupé par les blessures et les ecchymoses. Après lui avoir dit que je m'attendais à en avoir. Cela lui a encore pris plus d'une semaine avant qu'il ne réalise que j'étais sérieuse. Il a finalement décidé de l'essayer. Nous avons dû attendre le départ de son colocataire pour le week-end.
Nous sommes arrivés chez lui. J'ai descendu lentement mon jean et ma culotte le long de mes genoux. Il m'a mise sur ses genoux et a commencé à me donner une fessée avec sa main très fort pendant très longtemps. Je veux dire, après une bonne minute solide, il a commencé avec ces coups de feu rapides pendant 3 autres pendant que je battais des pieds comme il n'est pas permis. Il m'a finalement laissé partir et j'ai fait ce sautillement post-fessée. Je me suis raidie, ai passé mes mains sur mes fesses tandis que je poussais mes hanches vers l'avant et commençais à frotter frénétiquement de haut en bas comme je l'espérais.
J'étais loin de pleurer mais je m'agitais bien parce que c'était la fessée la plus dure et la plus longue que j'aie jamais eue. Après je me suis assez calmée pour rester en place. Il est allé dans sa chambre et a rapporté un oreiller. Il a enlevé sa ceinture de bureau en cuir mais assez mince, l'a mise en double par la moitié et m'a demandé.
"Ok, tu es absolument sûre, pas de mot de sécurité, pas de limite de temps ou de claques?"
Je réponds par oui.
"Ok, ça veut dire que je décide quand cette fouettée s'arrête, pas toi, tu es sûre que c'est ce que tu veux, je veux dire que cette fessée de ceinture continuera jusqu'à ce que tu pleures si fort que tu ne peux pas prononcer un mot?"
J'étais là, jean et culotte jusqu'aux chevilles.
Alors que je me frottais encore, j'ai regardé directement dans ses yeux, je me suis approchée en traînant les pieds et j'ai doucement passé mes bras autour de lui et l'ai serré dans ses bras. Je lui ai donné un long baiser passionné très doucement et j'ai dit:
"Oui, s'il te plaît, je veux vraiment essayer ça. Alors s'il vous plaît ne te retiens pas mais commence lentement ok?"
"Tu vas en recevoir quelques-uns avant que je n'en termine avec toi. Rappelle-toi que ton mot de sécurité est annulé au moment où tu t'allonges sur le canapé."
Je me suis allongée sur le bras du canapé après qu'il m'ait donné son oreiller aussi pour me tenir. Il a commencé durement et en continu environ un coup par seconde et cela semblait juste continuer encore et encore. Je me plaignais et criais pas mal à chaque fois que la ceinture tombait. Et est venu ce moment où il a commencé à vraiment battre mon cul, et très vite. Il m'a coupé le souffle. J'ai poussé mon visage contre mon oreiller et j'ai commencé à le mordre en essayant d'étouffer mes cris. Il ne s'arrêtait pas, instinctivement j'essayais de crier mon mot de sûreté mais il l'ignora et il continua de fesser encore et encore. Je donnais des coups de pied et hurlais et il semblait que cela ne finirait jamais.
Je ne sais pas combien de temps cela a duré mais j'ai finalement sangloté mais il a continué à me fouetter le cul fort et vite.
Quand il s'est finalement arrêté, je braillais si fort que j'ai hoqueté en pleurant et mes yeux étaient tous gonflés et piquants alors que les larmes coulaient. Je suis restée allongée là à sangloter. Je ne pouvais pas croire que j'étais réellement capable de vouloir moi-même accepter ça.
C'était une pure libération. Suis-je la seule qui aime se faire fesser si fort?

 

 


Quand l'aventure est belle et relativement bien écrite, la réalité importe-t-elle beaucoup ? Ces deux textes vous ont-ils permis de rêver un peu d'une prochaine fessée ? Alors le but est atteint !
Et n'hésitez pas à commenter !

lundi 7 octobre 2019

Mauvaise nouvelle chez Veronica !

Je me dois de poster maintenant un petit aparté. Je vous ai déjà relaté avec quelle générosité et avec quelle gentillesse Veronica m'avait autorisé à se servir des publications de son blog.
 
Or la semaine passée, voilà qu'Internet m'annonce que son blog n'est plus joignable, puis que son blog n'existe plus ! Je laisse passer quelques jours, au cas où, et je sollicite quelques moteurs de recherche pour essayer de savoir ce qui se passe, la situation n'ayant pas bougé.
Je tenais à essayer d'en avoir plus avant de contacter directement Veronica, afin de ne pas la déranger en pleine période de soucis.
Ma petite recherche a porté ses fruits puisque sur le site dont l'adresse est ci-dessous, j'ai trouvé la raison de cette brutale disparition.
Je vous en ai bien entendu fait la traduction juste ensuite.

Quelquefois, tout ce dont une fille a besoin c'est d'une bonne fessée


https://spankedhortic.wordpress.com/
Posted on
Old Fashioned Girl Spanking
The blog Old Fashioned Girl Spanking has disappeared. A message in one of the comment boxes of Hermione’s Heart read….
From Veronica Oldfashiongirl with ref to her blog : It was hacked and I lost everything…10 years all lost! I’ll work on a new blog soon…Please let everyone know… xoxo
To Veronica – I hope that you get your blog back up and running soon and that you get all your work back.



Publié le 2 octobre 2019 par Spankedhortic II

Old Fashioned Girl Spanking
Le blog Old Fashioned Girl Spanking a disparu. Un message dans l’une des boîtes de commentaires de Hermione’s Heart indiquait….

De Veronica Oldfashiongirl avec référence sur son blog:
Il a été piraté et j'ai tout perdu… 10 ans entièrement perdus! Je vais bientôt travailler sur un nouveau blog… Veuillez informer tout le monde… xoxo

À Veronica - J'espère que votre blog sera bientôt opérationnel à nouveau et que vous retrouverez tout votre travail.


En allant au fondement des choses

 

 Il va de soi que j'apporte tout mon soutien à notre amie si brutalement et injustement touchée.
Je pense qu'elle pourra compter sur de nombreux internautes pour retrouver le travail dont elle a été spoliée, mais si ce n'est pas le cas, je mets bien entendu à sa disposition toutes mes archives, qui ne sont malheureusement pas complètes puisque j'ai moi-même perdu l'an dernier une grande partie de mes archives dans le crash de mon disque dur de sauvegarde.

Certaines filles n'apprennent juste jamais

Je souhaite à Veronica un prompt retour dans notre monde de blogueurs et je lui souhaite bon courage dans son entreprise de reconstruction.
Bises Veronica ! 

J'ai été une très, très, très vilaine fille.
Alors que vas-tu faire à ce sujet ?
 

 
Quelquefois, tout ce dont une fille a besoin c'est d'une bonne fessée

 
I'm crying because daddy "SPANKED" my bottom
Je pleure parce que papa "A FESSÉ" mon derrière

 
My hubby took me over his knee... and I love him doing so
Mon mari m'a pris en travers de ses genoux... et j'aime quand il le fait




dimanche 29 septembre 2019

Martine Roffinella Le Fouet (Phébus - 5 avril 2000)

Martine Roffinella Le Fouet
Phébus (5 avril 2000)



Martine Roffinella

Martine Roffinella est née le 21/08/1961. À vingt-six ans, elle publie son premier roman, "Elle", repéré et lancé par Bernard Pivot dans son émission littéraire "Apostrophes".
Couverture d'une édition du roman "Elle" de Martine Roffinella
Elle est actuellement considérée comme l’une des grandes représentantes de l’érotisme saphique dans la littérature française.



Dans "Le Fouet", publié une douzaine d'années plus tard, la narratrice, victime d'abus et d'humiliations, décide de reprendre le contrôle de sa vie et de se venger. Elle s'achète un fouet et devient une dominatrice à la recherche de dames fortunées et d'hommes lubriques afin de les soumettre à ses fantasmes. En tant que dominatrice, elle déshumanise complètement ses victimes en leur plaquant un numéro qui leur sert d'identité. 
La couverture d'une des éditions du roman
À sept ans, la narratrice est fessée cul nu devant ses camarades par une institutrice perverse qui en jouissait publiquement (souvenir réel ?). En fait, cette fessée déculottée devant toute la classe, plus ou moins recherchée par la narratrice qui a bravé son enseignante, est plutôt bien vécue par l'élève, avec même une certaine satisfaction, la sensation d'être maîtresse du jeu et de la jouissance de la fesseuse... jusqu'au moment où discrètement l'institutrice la traite de pute.
Et là toute la tension sensuelle et presque érotique du moment s'écroule et devient une tragédie à l'échelle de l'enfance. Je vous laisse lire le livre et découvrir cette fessée scolaire, car je préfère que ce blog ne mette pas l’accent sur ce genre de fessée plus que nécessaire pour les explications ou la description d’une dynamique. Pourtant, ne le nions pas, j'aurais beaucoup aimé être petite souris pour assister à une telle fessée, d'autant qu'il indique clairement aussi -autre originalité des écrits de
Martine Roffinella- que le plaisir d'être fessée déculottée devant tout le monde, y compris par une personne hostile qu'on défie, peut se ressentir très précocement.
La fin de cette fessée, vécue comme une défaite, avec un renversement de domination, puis l'exposition de cette défaite devant toute la classe, ne sera jamais pardonnée par la narratrice.

Quelques années plus tard, et c’est là le sujet de l’extrait, elle finit par retrouver son institutrice, devenue une vieille dame, pour une fessée pour le moins originale en guise de revanche, mais aussi de réponse volontairement humiliante à l'insulte reçue qui a jadis tout fait basculer. On assiste là à une mise en scène très particulière qui fait tout le sel de la scène.
Martine Roffinella
 Cette originalité dans un monde de la fessée où on fesse plutôt des individus jeunes, le plus souvent soumis à des personnes pourvues d'autorité, plus rarement par jeu, méritait qu'on s'y attarde car ce renversement des rôles, des dominances et des images préconçues (renversement double en plus, si on a en mémoire la fessée scolaire) ne se produit pas souvent dans la littérature, où on imagine plutôt l'ancienne élève devenue grande venir se faire à nouveau châtier par son ancienne autorité.
De plus, cet épisode se produit au travers d'un regard empli de dérision cruelle sur le vieillissement, le personnage de l'institutrice, devenue une simple « fille n°3 », et sur la déchéance de l'autorité. Il est probable qu’il ne plaira pas à tout le monde, mais la littérature met aussi en scène ce genre de fessée.

J'ai volontairement respecté l'absence partielle de ponctuation du texte.



J'appelle le garçon de café et fais apporter un verre de Marie-Brizard sur la table de la fille n°3.

Elle s'écrie : je n'ai rien commandé ! Le garçon me désigne; elle prend un air offusqué. Remportez cette boisson, monsieur. Pour qui me prenez-vous ?

Le garçon hésite, m'interroge. Je maintiens mon ordre. Il repose le verre sur la table.

Mais enfin c'est un monde ! Puisque je vous dis que je n'en veux pas !

Je la rejoins alors, silencieuse, impénétrable, froide comme le sabre. Je m'installe sous ses yeux éberlués. J'ouvre sa boîte à cigarettes, en prends une et l'insère lentement, érotiquement, dans son embout d'ivoire.

C'est bon, dit-elle à l'employé de sa voix chevrotante. Laissez-nous.

Puis à mon encontre : quel toupet ! Nous avons frisé le scandale. J'aurais pu prévenir la police.

Buvez.

Cherchez-vous à me terroriser ?

Buvez.

Si cela peut vous faire plaisir. Mais ensuite vous déguerpirez, n'est-ce pas ?

Encore une gorgée

Je ne peux pas. Je ne supporte pas les alcools forts.

Encore une gorgée.

Pendant qu'elle sirote, j'extirpe mon fouet de son étui et le balade entre ses genou; sur sa gaine. Elle frémit.

Cessez immédiatement, murmure-t-elle.

Buvez. Buvez tout.

Mon fouet s'amuse. Il détecte le clitoris, plus vivace qu'il ne l'imaginait. J'ignore si elle mouille mais le soupçon de cette éventualité me réjouit. La fille n°3 est muette; son verre vide. Elle chancelle dans sa dignité. Elle ne lutte plus contre son désir. Son désir obscène d'être prise, défoncée, limée.

Allons chez moi, bredouille-t-elle.

Non. Ici. Dans les toilettes.

Et si on nous surprend ?

Eh bien vous serez vue.

Pensait-elle que j'allais la suivre ou lui offrir une chambre d’hôtel ? Elle qui m'exposa, cul nu, sur l'estrade de la salle de classe ?

Elle qui m'abandonna, la culotte sur les chaussures, au jugement de tous ?

Je me lève la première, sûre de sa servilité. Effectivement, je l'entends qui descend les marches ouatées qui conduisent aux toilettes pour dames. Elle veut m'embrasser.

Pas question.

Elle veut s'enfermer dans l'une des cabines individuelles, baiser sur la cuvette.

Non. Retire tout. Absolument tout. Et penche-toi au dessus du lavabo. Sans le fouet. La main bien à plat. Une vingtaine de claques de chaque côté.

Elle bêle. Puis je reprends mon fouet et la sodomise, sans prévenir, sauvagement. Hurlements dissonants. Jouissance et douleur. Orgasme et humiliation.

Je m'enfonce. Je sombre dans cet orifice béant qui, après la blessure, réclame mes allées et venues, mes pressions accrues, mes déchaînements.

La fille n°3 jouit une seconde fois. Sa perruque glisse. Son maquillage devient une pâte défraîchie, comme poreuse.

Des pas résonnent. On arrive. Toute à son plaisir, elle n'entend pas et demeure penchée au-dessus du lavabo, les fesses écartées. Je récupère mon fouet. Elle proteste. Encore, s'il te plaît. Encore. Elle répète toujours ce « encore » lorsque je m'éclipse et qu'une autre vieille dame ouvre la porte des toilettes.

J'affiche un air décontenancé.

A cet âge, c'est navrant, dis-je à l'intruse. Bonsoir madame.
Près du savon liquide, j'ai naturellement déposé un billet.
La couverture d'une autre édition du roman

Un peu "trash" donc, cette fessée de revanche contre la "fille n°3", volontairement dépersonnalisée dans le récit alors qu'au contraire elle est l'objet d'une vengeance très personnelle. Une autre forme de thérapie, cette fois pour la narratrice à qui l'auteur fait administrer la fessée.
On peut mesurer dans ce roman tout l'impact psychologique que peut revêtir la fessée : d'abord paradoxalement objet de jouissance et de domination pour la narratrice alors que c'est son institutrice qui est censée vivre ces ressentis, elle conduit, sur un simple mot, à un renversement brutal des sensations et des émotions, puis à un impact fort sur le devenir et les actes de la petite fille devenue adulte, et enfin une forme de thérapie probablement très imparfaite via une vengeance au décorum volontairement sordide et avilissant.
 

Une dernière couverture d'une édition du roman

 Comme pour les autres articles, vous pouvez naturellement laisser vos impressions et questionnements ou, si vous souhaitez une meilleure discrétion, me joindre personnellement via ce blog.

vendredi 27 septembre 2019

Thérapie par la fessée - Quelques définitions et éléments théoriques


Aussitôt après vous avoir donné un aperçu d’une des nombreuses applications pratiques de la fessée comme moyen thérapeutique, j’ai décidé de passer directement à un article plus théorique sur un angle particulier de voir la fessée thérapeutique.
Bien entendu, vous n’y lirez pas la même chose que dans le précédent article et peut-être que, si vous n’êtes pas particulièrement versé(e) dans la fessée, ou que vous abordez juste ce domaine, vous lirez des données qui vont sembleront totalement nouvelles. L’article aborde là une manière d’aborder la thérapie par la punition et le besoin de punition pour se sentir « lavé » son péché, dimension qui était totalement absente de la manière russe d’aborder la fessée thérapeutique. Bien entendu, on retrouve des convergences entre les deux points de vue.

Je vous laisse vous plonger dans cet autre point de vue.

Qu'est-ce que la thérapie par la fessée ?


Thérapie par la fessée (http://www.statemaster.com/encyclopedia/Spanking-Therapy)
La Thérapie par la fessée est une théorie controversée et quelque peu nouvelle qui suggère que certains jeunes et adultes ont un besoin émotionnel de discipline physique (fessée) sur une base régulière. Une telle thérapie sert à punir les méfaits et à rappeler de se concentrer sur ses objectifs et ses responsabilités. Toutes les formes de thérapie par la fessée ne sont efficaces que lorsque la personne qui reçoit la thérapie comprend et accepte qu’elle en a besoin. Ce n'est pas une forme de discipline à utiliser sur les jeunes enfants; seul un faible pourcentage d'adolescents et d'adultes plus âgés a besoin d'un traitement par la fessée et y répondra.

FESSE-MOI J'ai été une mauvaise fille
Titre: "Allusions subtiles", post-it sur la cuisse : "Mauvaise fille", écran de l'ordinateur : "Blog de femme fessée", feuilles tenues par le mari : "Mauvaises choses que j'ai faites: - Acheter secrètement des bonbons, - Avoir paressé toute la journée, - Avoir surfé sur des sites coquins."
LA FESSÉE EST LA MEILLEURE MÉDECINE
(Les effets secondaires incluent l'incapacité à s'asseoir confortablement, la bouderie, la rougeur de peau et regarder fixement les murs)


Contenu
1 Les deux types de thérapie par la fessée
2 Discipline coopérative
3 Thérapie Fessée
4 Pas une méthode universelle
5 liens externes

Les deux types de thérapie par la fessée
Les deux principales formes de thérapie par la fessée sont la discipline coopérative et la thérapie par la fessée traditionnelle.

Discipline Coopérative
La discipline coopérative ne peut être un outil efficace que lorsque la personne en question - généralement un adolescent ou un adulte - convient que cela est nécessaire. Dans un environnement de coopération, le/la "spanker" (la personne qui donne la fessée, donc fesseur ou fesseuse en français, pas de terme générique permettant de la désigner de façon asexuée, NdT.) et le/la "spankee" (la personne recevant la fessée, pas de réel équivalent en français, le terme "fessée" présentant une malheureuse ambiguïté, certains utilisent le terme "pygirécipiendaire" -qui reçoit sur les fesses- qui permet de désigner tout le monde, sans distinction de sexe, pourvu que l'article ne le précise pas, ce qui est en particulier possible au pluriel, NdT.) sont d’accord sur le châtiment avant sa délivrance. Cela peut être fait via une liste prédéterminée d'offenses passibles de la fessée, ou via une discussion pré-disciplinaire sur les conséquences équitables du méfait traité.

Penny semblait inquiète. (Oh ma chère ! Je pense que je suis bonne pour une fessée...)

Jeu de rôles, vraiment ?
On dirait qu'il y a parfait accord sur le châtiment...


Les avantages de la discipline coopérative sont les suivants:
- Moins de bagarre sur la discipline et les règles.
- Implique le ou la "spankee"  dans le processus décisionnel de sa propre discipline
- Punition immédiate et pardon
- Un lien plus fort entre "spanker" et "spankee".



"Réalises-tu à quel point je tiens à toi ?"...
"Oui! Oui! Oooooh! Oui ! S'il vous plaît, Monsieur, pas là ! Ça fait VRAIMENT mal! J'ai été si impolie et méchante de vous désobéir ! Je sais que je mérite une fessée! Je suis VRAIMENT désolée!"


La Thérapie par la fessée
La Thérapie par la fessée consiste en des séances de thérapie régulières où la fessée est utilisée comme un moyen de renforcer un comportement positif. Le traitement par la fessée n’est efficace que lorsque celui/celle qui la reçoit en a exprimé le besoin. Ce besoin est ressenti par un faible pourcentage de personnes et le traitement par la fessée ne devrait pas être utilisé par ceux qui n'en ont pas exprimé le besoin.
Le traitement par la fessée est généralement donné toutes les semaines, à une date et une heure déterminées. Cela permet au bénéficiaire de la thérapie d’attendre toujours une autre session, l’encourageant ainsi à continuer à se concentrer sur son comportement positif, même s’il n’est pas fessé.

Une session commence normalement par une discussion verbale au cours de laquelle la personne fessée doit signaler son comportement au cours de la semaine écoulée en se concentrant sur les événements ou comportements pouvant nécessiter un changement dans la session de fessée (session plus sévère ou plus légère).
La personne qui fesse a la responsabilité de donner une directive claire sur les domaines dans lesquels le sujet est censé continuer à travailler (par exemple: trouver un emploi, perdre du poids, cesser de jurer, etc.) avant le début de la fessée.

Donner la fessée:
Amenez-les à l'état de déshabillage dont vous avez convenu (généralement cul nu, mais peut être un sous-vêtement si la nudité est un problème.)


 



Et mettez-les dans la position de recevoir la fessée. (Sur les genoux, penché au-dessus du lit, etc.) 
La fessée de Dolly
 
La cruche

La cruche cassée

Une fois qu’ils/elles sont en position, expliquez calmement ce pour quoi il/elle est fessé/fessée et ce qu’il faut faire pour l’éviter à l’avenir.

Administrer la fessée sans jeu. Le fait de compter les claques et les psalmodies verbales du type "s'il vous plaît, monsieur, puis-je en avoir un autre" détourne l'attention de la fessée et réduit ses effets. Idéalement, la fessée devrait être donnée en silence, afin que le son de claquement soit le seul bruit... un renforcement audible de la discipline. Vous ne devez parler que pour donner les commandes nécessaires, telles que régler la position de la personne fessée si elle s'est déplacée.

Après la fessée, vous devriez prendre dans vos bras la personne fessée et la remercier d’avoir accepté sa punition. Tous les méfaits ont maintenant été pardonnés et un rappel rapide des objectifs de la semaine devrait être donné.




Coopérative seulement!
Le traitement par la fessée n'est pas efficace lorsqu'il est utilisé sur un sujet qui ne veut pas. En outre, une fessée administrée sans être méritée ni consentement est de nature abusive et ne devrait pas se produire.
Certains pensent que toutes les formes de châtiment corporel sont répréhensibles, et certains pensent que c’est un abus de frapper ou de donner une fessée à une personne pour quelque raison que ce soit. Dans certains États et municipalités, la fessée est illégale. Parmi les autres formes de discipline considérées comme efficaces par beaucoup, citons:
- Mise au coin
- Privation de sortie
- Perte de privilèges
- Travail physique

LES TYPES DE PUNITION
Les punitions pour réfléchir : le coin, le temps de retrait, l'envoi au lit tôt.
Les punitions pour humilier : la nudité, mettre une couche, la féminisation, les habits contraignants.
Les punitions d'inconfort : savonnage de la bouche, bouchon anal, lavement.

Il est important de se rappeler que chaque personne est différente et ne répond pas de la même manière à chaque type de punition. Vous devez tenir compte de l'âge, du niveau de maturité et de l'efficacité du sujet à se discipliner.
Rappelez-vous: la thérapie de fessée décrite dans cet article n’est pas recommandée pour la plupart des gens. Ce n'est efficace que lorsque les autres méthodes s'avèrent inefficaces et que le sujet a exprimé son sentiment d'avoir besoin de discipline physique par opposition aux punitions plus répandues.



Voilà, je pense que vous pourrez utilement comparer cette vision avec l’article que j’avais rédigé ici sur les différents types de fessée.
Cet article vous a-t-il appris des choses ? Vous a-t-il tenté(e) ? N’hésitez pas à témoigner.